06.06.2010

LE CANCER DE LA PROSTATE : UNE AFFAIRE DE COUPLE

Le cancer une affaire de couple

Mme S. témoigne :
Accompagner
un mari opéré d'un cancer de la prostate et depuis ce jour, incontinent, relève à la fois du désir de lui apporter un bien-être physique et psychologique et également de ne pas se laisser soi-même submerger par une pathologie qui touche le couple. J'ai la chance d'être optimiste et positive.

Voici donc ce que j'ai essayé de faire, à l'intuition, pour notre survie.

  • Être présente à ses côtés dans les moments difficiles : opération, séjour à la clinique, suites opératoires.

  • Être attentive à tout ce qui peut apporter un soulagement physique par l'aménagement discret de notre lieu de vie, par le choix de tenues vestimentaires adaptées afin d'éviter gêne et humiliation.

  • Parler le plus simplement du monde de la maladie en employant les termes de cancer, incontinence, impuissance, c'est remettre à leur juste valeur place les problèmes pathologiques au lieu de les considérer comme des tabous et des régressions.

  • Faire s'exprimer le malade sur ses souffrances, ses sensations, c'est vouloir mieux le comprendre, s'intéresser à lui, partager pour que le fardeau soit moins lourd ; arriver à mettre des mots sur ses angoisses dédramatise les situations et libère énormément.

  • Ne pas se lover dans la maladie, mais au contraire, accepter toutes les occasions de vivre intensément : sorties, voyages, sport, activités culturelles, contacts sociaux.

Enfin, regarder autour de soi : il y a toujours plus malheureux...

En conclusion, je dirai que cela ne m'a demandé aucun effort.
Nos enfants et petit-enfants sont eux aussi présents positivement, depuis bientôt cinq ans.
Nous vivons des moments exaltants et nous espérons que cela durera longtemps encore.
Je sais aussi qu'il peut m'arriver des problèmes de santé. Je peux compter sur mon mari pour qu'il soit à mes côtés : il l'a déjà prouvé.

Merci à Mme S. Pour son témoignage empleint de tendresse et d'émotions

» Lire le témoignage d'Henri, son époux
» En discuter sur le FORUM



Voici un autre témoignage édifiant Par Ben :

J’avais 56 ans lorsque durant un examen médical, mon médecin a senti une petite bosse sur ma prostate. Rien de sérieux, croyait-il, mais il tenait à effectuer d’autres tests. Le premier, une analyse sanguine pour mesurer mon taux d’ASP affichait le nombre 2. Il m’envoya donc consulter un urologue qui, lui aussi, semblait confiant, tout comme le spécialiste qui avait pratiqué la biopsie. Je n’étais donc pas prêt à recevoir le résultat final qui confirmait l’existence d’un cancer de la prostate. Ma vie était bouleversée, et j’avais de la difficulté à réaliser ce qui m’arrivait. J’ai demandé à l’urologue de me parler lentement pour que je prenne en note ses explications; j’ai voulu également qu’il m’explique la signification de certains termes, comme le grade de Gleason (le mien était à 6).

De retour à la maison, j’ai discuté avec ma femme Leah de la décision à prendre. Durant deux semaines, nous avons consacré beaucoup de temps à rechercher des informations sur le cancer de la prostate et nous avons trouvé des articles exhaustifs sur cette maladie. Leah m’a accompagné chez l’urologue. Durant cette période, j’ai connu toute une gamme d’émotions. Au départ, j’étais sous le choc : la perspective de la mort était angoissante, et plus j’accumulais de renseignements sur ce type de cancer, plus les effets secondaires des traitements m’apparaissaient menaçants. Je songeais aux risques d’incontinence et de dysfonction érectile après le traitement initial : la chirurgie (prostatectomie radicale) ou la radiothérapie. Si le traitement de première ligne échouait, cela anéantissait mes chances de guérison. En fait, les traitements ne pouvaient que ralentir la progression de la maladie. Ils incluaient l’hormonothérapie, qui non seulement entraîne la dysfonction érectile, mais réduit la libido et le taux d’énergie. Qu’allait donc devenir ma relation avec Leah? Qu’allait être ma vie? Le fait de parler avec ma femme de nos angoisses est certainement ce qui m’a le plus aidé à composer avec ma situation. Je suis agnostique et je ne crois pas qu’une épreuve comme le cancer a une quelconque signification. De plus, rien ne sert d’en vouloir au destin. Il faut plutôt accorder de l’importance à ce que l’on a accompli, et j’ai essayé autant que possible de réagir de façon positive. Je crois que cela m’a beaucoup aidé.

Lire l'intégralité du témoignage sur procure.ca

Le contenu du site est essentiellement informatif.
Sollicitez toujours l'avis de votre médecin pour toutes les questions concernant votre santé.

 

 

<

Abonnez vous au flux rss du site
Un autre regard sur l'Incontinence avec urinaire.com

 

Les Fuites Urinaires
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte
les
principes
de la charte HONcode

Vérifiez ici



Les formes


Les fuites à l'effort
L'instabilité vésicale
L'incontinence mixte
L'énurésie

La forme neurologique

L'enfant et l'incontinence
L'hyperactivité vésicale

Solutions

La rééducation périnéale
La chirurgie
Les bandelettes TVT
Les médicaments
Le pacemaker
Les cônes
Les sondes périnéales
La cure d'incontinence
La neurostimulation
Test de votre vessie

Dialogues

L'auteur
Me contacter
Actualités

Forum
Liens utiles
Vos témoignages
Plan du site
Foire aux questions
Album photo
Les partenaires
Charte de confidentialité
Charte du forum

Articles

L'adénomectomie
Facteurs psychologiques

La continence
Prostate : implant
Le bilan urodynamique
La constipation
La prestation dépendance
Poil de Carotte - énurésie
Des guides pratiques
Les troubles vaginaux

Incontinence et vécu

Enquête Sofres
Le vieillissement
L'infection urinaire
Enfant et Propreté
» Tous les articles

Téléchargement

Calendrier mictionnel
Ménaupose et traitement
La chirurgie pelvienne
» Tous les téléchargements

Espace détente

le Sudoku en ligne
101 recettes chinoises
Le langage des fleurs
Tirage du Tarot
Les biorythmes

Les flux rss

Bien être
Opladis.be
Pour les 16-30 ans
Tous les flux

» Publicité

Tout sur l'incontinence avec SphereSanté

ANAMACAP
Urologie-chu-mondor
France-incontinence
Annuaire net-femme

 



twitter / kiwfranc


Bookmark and Share