Retour 

Un problème fréquent : Les infections vaginales

Les troubles qui peuvent affecter le vagin et la zone génitale sont divers et nombreux.

Manifestations en tous genres.
Démangeaisons, douleurs pendant l'acte sexuel, sécrétions vaginales anormales, rougeurs de la peau, odeurs désagréables... sont les symptômes les plus fréquents d'affection vaginale.

1/ Démangeaisons
Les démangeaisons, très agaçantes, se localisent soit à l'intérieur, soit à l'extérieur du vagin.
- Les démangeaisons externes affectent la région pubienne (pubis et vulve). L'origine en est souvent une infection par des mycoses (comme les levures et notamment les candidoses), une allergie, une maladie de la peau (psoriasis, eczéma) ou un herpès génital. Il peut s'agir d'un dessèchement de la peau, provoqué par des lavages trop fréquents avec un savon trop agressif.
- Les démangeaisons internes, affectant le vagin, peuvent découler de n'importe quelle infection, mycosique ou autre, ou d'une allergie à certaines substances (latex des préservatifs, crèmes spermicides, douches vaginales...)

2/ Sécrétions
Le col de l'utérus sécrète un liquide visqueux et transparent : la glaire cervicale. Cette substance, à l'odeur peu prononcée, s'écoule par le vagin. Certaines femmes ont des sécrétions plus importantes que d'autres. Leur importance varie aussi selon la phase de leur cycle, selon que la femme est enceinte ou non, selon qu'elle prend la pilule ou non... Tout cela est normal et n'a rien d'inquiétant. En revanche, le fait que les sécrétions vaginales changent d'aspect, de consistance, de couleur ou sentent mauvais laisse présager une infection vaginale.

3/ Odeurs
Vagin et pubis ne sont pas des zones stériles. Il est donc normal qu'ils aient une certaine odeur. Quant à savoir si cette odeur naturelle est neutre, agréable ou désagréable, c'est une question d'appréciation personnelle. Mais du point de vue de la santé, combattre l'odeur vaginale normale par tout un arsenal de produits dits "hygiéniques" n'est d'aucune utilité bien au contraire : ils peuvent être allergisants. Cependant, si l'odeur se modifie et devient plus prononcée, ce changement doit retenir l'attention, car c'est peut-être le signe d'une infection.

4/ Douleurs
Diverses affections peuvent se traduire par des douleurs pendant l'acte sexuel.
- Ainsi, si la douleur se situe plutôt dans la partie antérieure du vagin (à l'ouverture de la vulve), elle peut avoir une cause mécanique, comme des restes d'hymen, par exemple. Mais, généralement, on suspectera plutôt une infection.
- Si la douleur se manifeste dans le vagin, avec la sensation qu'il est frotté au papier abrasif, c'est souvent le symptôme d'une mycose.
- Si la douleur est encore plus profonde, il peut s'agir d'une affection plus grave, comme une infection de la vessie, de l'utérus ou des ovaires, etc.

5/ Modifications cutanées
Si vous remarquez une modification de l'aspect de la peau autour du vagin, prenez note de vos constatations. C'est important surtout si vous ne pouvez pas vous rendre rapidement chez le médecin, car certains symptômes peuvent disparaître assez vite, tandis que la maladie sous-jacente persiste.

Champignons, allergies : à qui la faute ?

Les affections vaginales sont souvent dues à des infections, provoquées par des micro-organismes comme des bactéries ou certains champignons. Nous passons en revue les infections vaginales les plus fréquentes.

1/ Mycoses
Les mycoses sont provoquées par des champignons microscopiques, tels que les levures, par exemple. Celles-ci sont souvent présentes sur ou dans le corps, où elles mènent une existence discrète. Ce n'est que lorsque les conditions leur sont favorables qu'elles peuvent se multiplier sans frein et provoquer une infection.
Le vagin y est particulièrement sensible. En général, les mycoses vaginales sont dues à la levure Candida Albicans. On parle alors de candidose.
Symptômes possibles : démangeaisons sévères dans le vagin et autour ; pertes blanchâtres grumeleuses ("lait caillé") avec odeur rance de fromage ; rougeurs et gonflements dans le vagin et autour ; douleur abrasive lors des rapports sexuels.
Retour en haut

2/ Infections bactériennes
De nombreuses bactéries cohabitent dans le vagin. Parmi celles-ci, les lactobacilles dominent. Très utiles, ils contribuent à créer un environnement acide qui prévient la prolifération de bactéries potentiellement nuisibles. Mais il arrive que l'équilibre bactérien soit rompu, ce qui entraîne la croissance intempestive de certaines "mauvaises bactéries", et donc l'apparition d'une infection.


Souvent, l'infection bactérienne est due à des bactéries naturellement présentes dans le vagin, dites anaérobies parcequ'elles peuvent vivre sans oxygène. En termes médicaux, on parle de vaginose bactérienne. Une bactérie souvent présente dans ces infections est la Gardnerella vaginalis.
Symptômes possibles : démangeaisons dans le vagin et autour ; pertes grisâtres, très liquides, avec odeur de poisson ; légères pertes de sang entre les règles.

Les bactéries responsables d'une infection peuvent aussi provenir de la région anale. Dans ce cas, il s'agit de bactéries aérobies, c'est-à-dire ayant besoin d'oxygène. Si elles parviennent jusqu'au vagin et que les circonstances leur sont favorables, elles peuvent provoquer une infection. En termes scientifiques, on parle d'une vaginite fécoïdale.
Symptômes possibles : démangeaisons dans le vagin et autour ; pertes d'un vert jaunâtre, avec odeur de pourriture.

3/ Infections par trichomonas
Les infections citées ci-dessus sont dites infections opportunistes : le micro-organisme en cause est déjà présent dans le corps, où il attend son heure. Elles peuvent aussi être réintroduites par le partenaire. D'autres infections vaginales sont strictement transmises par contact sexuel et entrent donc la catégorie des maladies sexuellement transmissibles (MST). C'est alors le partenaire qui introduit le micro-organisme dans le vagin.
Dans cette catégorie, une infection fréquente est la trichomonase, due à la Trichomonas vaginalis, un protozoaire ou organisme unicellulaire.
Symptômes possibles : irritation vaginale et démangeaisons ; sensation de brûlure en urinant ; pertes glaireuses avec odeur de pourriture.

Quand faut-il consulter un médecin ?
Dans certaines circonstances, il est risqué de laisser les choses évoluer sans rien faire ou de traiter soi-même le problème, sans avis médical.

Consultez sans attendre un médecin :
- lorsque des troubles vaginaux se manifestent alors que vous êtes enceinte, car il peut y avoir danger pour l'enfant à naître, comme pour vous même ;
- lorsque les troubles vaginaux s'accompagnent de douleurs au bas-ventre, car il peut s'agir d'une affection susceptible d'entraîner la stérilité ;
- lorsque vous remarquez une décoloration et un blanchissement de la vulve, ou autour, car il pourrait s'agir de signes précurseurs d'un cancer de la vulve.


Pour déterminer l'origine des troubles, il est en général indispensable de consulter un médecin
Réf. : "Test Santé" janvier 1998